-- Dossier retraites (suite): les 2 années seront validées!... --

Un message de Jean Marc OLIVIER (1° promo)


CHOUILLY le 23 Septembre 2008
Lettre à tous mes camarades d’Issoire des trois premières promotions

Bonjour à tous
Je m’appelle Jean-Marc OLIVIER Je suis de la première promotion de notre école. Je suis cet élève qui est en photo dans le planeur sur la plaquette de l’École en compagnie de Ch LEYDIER qui me sangle dans l’appareil.
C’était peut-être prémonitoire ! J’ai fini par créer une compagnie aérienne. J’adresse ce courrier à notre ami Nihouarn afin qu’elle vous parvienne au mieux.
Que chacun fasse savoir à tous ceux qui ne sont pas forcément joignables par Internet comment faire pour obtenir la reconnaissance de leurs deux années d’école.
Nihouarn a déjà mis sur Internet les démarches à faire pour tous ceux qui n’ont pas de pension militaire. Comme promis nous mettrons sur le site ce que les autres doivent faire dès la parution des textes. Je voudrai cependant, pendant que tous vous êtes réunis, qu’une petite ombre qui me touche un peu, s’estompe. En effet, à la lecture du site, j’ai été un peu peiné de lire que certains d’entre nous avaient du mal à enterrer la hache de guerre. Beaucoup veulent rendre Pierre Paul Jacques ou Jean responsables de la situation D’autres veulent remercier Alain, Michel etc.… Personnellement, je pense que notre école, nos « vrais chefs » : de Seguins, Isaac et quelques autres nous ont guidés, aidés à devenir ce que nous sommes. Notre école m’a apporté beaucoup, je me devais de le lui rendre. Je voudrai que chacun sache ce qui s’est fait et à qui nous le devons. Je voudrai dans un premier temps remercier celui qui m’a fait confiance en me disant lors de notre réunion à Saint Maixent, il y a cinq ans : « Je t’ai accordé toute ma confiance, mais je souhaite que tu saches que beaucoup de tes prédécesseurs, officiers, ne méritent pas celle qu’on a mis en eux ». Il se reconnaîtra
J’ai voulu comprendre pourquoi.
Pardonnez-moi, 40 ans cela passe si vite. Je n’ai pas oublié ISSOIRE mais j’ai eu mes soucis aussi.
J’ai fait une carrière de Sous-Officier, corps que j’ai quitté à 28 ans d’âge sans me rendre compte que la vie avait passée si vite. Je n’ai jamais oublié cette « corporation »
J’ai fait ensuite une carrière d’officier, corps que j’ai quitté à 42 ans d’âge pour des raisons que je n’ai pas à évoquer.
J’aurais pu attendre calmement que la vie militaire me fasse gravir le peu d’échelons qu’il manquait mais ce n’était plus mon objectif.
J’ai rejoins le monde privé et après deux expériences fructueuses, j’ai eu la chance de rencontrer deux fanatiques de l’aviation avec lesquels nous avons crée et développée une compagnie aérienne. Je n’ai donc pas vu le temps passer et les deux années d’Issoire, m’avaient échappé. Je ne les renie pas. Ma mémoire avait fait un ‘blanc » pour ce qui est de la retraite. Sur l’ensemble de mes carrières, je totalise beaucoup plus de trimestres de cotisations sociales que les 160 trimestres requis pour pouvoir prétendre à cette pension.
Une nouvelle fois, le temps a passé trop vite.
     A l’analyse de la remarque de mon camarade, j’ai compris que si certains, Officier ou Sous-Officier, avaient fait toutes les démarches possibles pour permettre à ceux qui pouvaient en avoir besoin, l’heure de la retraite ayant sonné, soient rétablis dans leur droit, d’autres n’avaient peut-être pas fait les minima. Si certains n’avaient plus besoin de grand-chose, pour d’autres ces deux années étaient essentielles
    Des grands chefs n’ont pas fait leur travail, d’autres nous ont un peu trahis, des petits chefs aussi.
   Ne parlons pas de ceux qui ont fait ce qu’ils ont pu pour nous enfoncer.
Pourquoi cette remarque ?
Parce que j’ai cru lire sur le site que certains engageaient gentiment une polémique. Je crois que c’est stérile. Nous sommes, sinon responsables de cette situation, un peu coupable. Moi le premier.
C’est pour cela que j’ai entamé la démarche qui aujourd’hui a fini par aboutir.
Pardonnez moi d’avoir été un peu long mais certaines choses devient être à mon avis remises à leur place.
Je voudrai en terminer sur ceci:
Aucun des anciens des trois premières promotions ne doit revendiquer la pérennité de la réussite de l’action. Ceux qui ont œuvrés l’ont fait parce que je pense que c’était leur devoir. Les seuls que nous devons remercier sont ceux qui n’ont rien eut à gagner dans cette affaire si ce n’est la satisfaction du devoir accompli. Je citerai :
- Le Lt Colonel de Seguins-Cohorn sans qui nous n’aurions certainement pas obtenu satisfaction. La lettre qu’il a écrite au Ministre me semble avoir été déterminante.
- Un Général Saint Cyrien dont je tairai le nom car il me l’a demandé. C’était mon Lieutenant de tir quand je faisais mon temps de commandement. Il n’a fait que son travail, dit-il, en nous aidant à passer différents filtres ministériels.
- L’A/C Renard Jacques et le Maître Principal Bouillet Michel. L’un est aviateur, l’autre marin. C’est grâce à la copie de leur contrat d’engagement (qui était encore moins restrictif que le notre) que nous avons obtenus satisfaction. Il fallait cependant avoir le courage de nous les prêter.
- Les sans grades ni noms qui ont fait tout leur possible
Les autres Issoiriens qui ont œuvrés !
Qu’ils soient tous remerciés, pour ce qu’ils ont fait.
Cependant, ils n’ont fait que respecter leur parole d’Officier pour certains, de sous-officier pour d’autres, voir d’amis et de chefs
Notre parole de chef, c’était bien de ne jamais oublier nos subordonnés, nos camarades de combat ainsi que les personnes qui nous avaient accompagnées tout au long de notre carrière.
Ceux qui ont œuvrés ont la satisfaction du devoir accompli.
Ce que j’appellerais la RÉCOMPENSE DU CHIEN FIDÈLE
Je terminerai par ce que nous avons tous appris ;
« ET PAR TOUS LES SAINTS VIVE LES TECHNICIENS »
Bien amicalement à Tous
J Marc OLIVIER



Et maintenant....

Commençons par ceux qui en auront le plus besoin.
Moins de Quinze années:
Tous nos camarades qui ont fait moins de quinze ans commencent par envoyer la première lettre au BCAAM de Pau pour demander un état signalétique et des services modifié
  Pas d’impatience, ils sont très long à répondre.
Voir l'exemple de lettre au BCAAM en cliquant sur ce lien...

    Attendre la réponse, puis envoyer une seconde lettre à l'EDIACAT de St Etienne avec la réponse de Pau
Voir l'exemple de lettre à l'EDIACAT en cliquant sur ce lien...

    Attendre la réponse, puis envoyer le document d’affiliation rétroactive à la caisse d’assurance vieillesse .(CNAV)
    Normalement il n’y aura pas de problème
De 15 à 35 ans sous réserve de ne pas atteindre 40 annuités sans avoir retravaillé dans le privé
Attendre la parution des textes en octobre en principe
De 15 à 35 ans sous réserve de ne pas atteindre 40 annuités s’ils ont travaillé dans le privé.
Commencer à interroger la caisse pour préparer le dossier de retraite mais attendre la parution des textes pour réclamer les deux années.
De 15 à 35 ans s’ils ont travaillé ensuite dans l’administration.
Tous ceux qui auront moins de 160 trimestres attendent la parution des textes
Ensuite ils demanderont la régularisation et pourront obtenir un maximum de 8 trimestres supplémentaires

Ceux qui ont plus de 160 trimestres, 40 annuités au moins devront faire leur deuil de ces deux annuités mais pourront tenter l’impossible. Ca marchera peut-être
Dès que je sais que les textes sont parus, je ferai une lettre type.
Nos amis de La Rochelle se remueront peut-être, pensant que nous allons nous serrez les coudes

Mes coordonnées

Jean-Marc  OLIVIER								
34, rue des charbonniers
51 530 CHOUILLY
Tel et fax: 03 26 54 88 87
Portable : 06 16 56 46 13
e-mail :jelyan@club-internet.fr

Pour donner votre point de vue, ou tout simplement pour lire les commentaires de vos camarades, rejoignez le:

Forum


Accueil | L'Histoire | L'Organisation | Les 3 groupes | le forum | L'actualité | Les liens | Livre d'Or | L'arbre en boule
111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 121 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 131 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137
Verdun | Rinter's Boys | Football | Musique |Remise du drapeau | Retrouvailles | Chants/Chansons | Judo | Réservé
Webmestre: Gilbert Nihouarn · 2, Allée de Cornouaille 29180 Guengat · Tel: 02.98.55.61.98 · Ecrire/Contacter